Zéro déchet : par où commencer ? 10 astuces et étapes simples pour débuter !

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser aux démarches zéro-déchet, j’étais séduite par le concept : se concentrer sur notre propre consommation, réduire son impact sur la planète, soutenir des initiatives durables, réduire ses dépenses, et bien d’autres avantages. Pourtant, je ne savais pas par où commencer, quoi faire et j’avais l’impression de devoir changer toutes mes habitudes d’un coup. Alors, aujourd’hui, je voulais vous donner 8 idées d’actions pour commencer une démarche zéro-déchet rapidement, sans changement énorme des habitudes, tout en ayant un impact fort assez rapidement.

Evaluer ses déchets

Pour adapter sa démarche à la réalité de notre consommation unique

L’état des lieux des déchets de sa poubelle est une étape importante. Chacun consomme différemment, utilise ses produits fétiches et donc a des déchets différents. Visualiser le contenu de sa poubelle permet donc d’adapter sa démarche selon les déchets que l’on produit. Par exemple, dans les idées pour les débutants, beaucoup proposent d’acheter des pailles réutilisables (en inox, bambou ou verre). Si les pailles en plastique ont un impact certain, peut-être que vous n’utilisez jamais de pailles chez vous. Alors ce remplacement n’aura pas de sens pour vous, alors qu’il en aura un fort pour une autre famille qui a l’habitude d’en utiliser beaucoup !

Réaliser notre consommation, en la visualisant directement

Et cette action permet aussi d’avoir une prise de conscience de la quantité de déchet que l’on produit. En moyenne, chaque français jette 500kg de déchet par an. Voir ses déchets permet de réaliser directement notre impact. Et encore, il ne s’agit que des déchets apparents, car pour chaque objet produit, beaucoup de matières premières et de ressources sont utilisées sans qu’on ne le réalise en achetant le produit. Par exemple, lorsqu’on achète une tablette, le déchet visible est la tablette directement, soit 800g. Cependant, cette tablette nécessite 338kg de matières premières pour être réalisées.

Des petits gestes adaptés à sa poubelle qui diminue drastiquement la poubelle

Lorsqu’on se lance dans une démarche zéro-déchet, on a tendance à voir beaucoup de propositions d’alternatives pour les débutants, à travers YouTube, Instagram ou d’autres réseaux sociaux, comme les pailles, les brosses à dents en bambou, les cotons démaquillants réutilisables, etc. Ses objets ont en effet l’avantage de se substituer facilement à nos produits classiques jetables sans trop d’effort, de temps, d’argent ou de barrière psychologique (comme c’est le cas avec les mouchoirs en tissu par exemple !). Cependant, j’ai réalisé que ce n’était pas ces alternatives qui permettaient de diminuer drastiquement ma poubelle. Certaines actions ont un impact plus fort dès le départ, ce qui permet de voir des résultats rapides qui nous motivent à continuer la progression. Car dans une démarche zéro-déchet, il ne s’agit pas d’être parfait, mais d’être conscient de son impact et d’essayer de le diminuer.

  1. Le compost.

Les déchets organiques sont présents dans toutes les familles en général (ou juste « dans tous les foyers », répétition ‘toutes’ + ‘en général’). Ils représentent environ 30% de la poubelle d’une famille en moyenne. Ces matières sont naturellement biodégradables et sont fondamentales pour enrichir les sols naturellement. Cependant, elles se retrouvent en général avec les autres déchets, et sont donc soit incinérées soit enterrées avec les autres déchets (avec eux), ce qui empêche leur décomposition naturelle. Vous pouvez adopter un compost particulier, dans le jardin ou dans votre cuisine si vous êtes en appartement (plusieurs systèmes existent selon votre besoin !). Vous pouvez aussi trouvé des composts communs. Votre ville peut avoir un système de ramassage des déchets organiques. Il se peut aussi que des composts collectifs soient présents dans votre ville ! Ces informations sont disponibles sur le site de votre collectivité en général.

  1. L’eau

Si vous achetez régulièrement de l’eau en bouteille, certaines alternatives sont plus écologiques. Si vous avez peur de boire l’eau du robinet, vous pouvez filtrer cette eau. Il existe des filtres à placer directement sur votre robinet, ou des carafes filtrantes. En général, ces filtres utilisent du charbon actif, qui emprisonnent les matières toxiques (pesticides, métaux lourds, traces médicamenteuses, etc.). Vous pouvez donc aussi acheter directement des bâtons de charbon de bois qui se placent dans l’eau directement. Ils sont ensuite compostables ! Si vous buvez de l’eau en bouteille parce que vous préférez l’eau gazeuse, vous pouvez vous équipez d’une machine Sodastream, qui permet de gazéifier l’eau plate. Vous ferez des économies à long terme, et vous aurez un plus faible impact.

  1. Les emballages alimentaires

En général majoritaires dans les poubelles, les emballages alimentaires sont souvent en plastique. Le plastique peut se recycler, mais uniquement certains plastiques, et dans certaines conditions. Ce n’est donc pas une solution viable. Vous pouvez donc privilégier des conditionnements en métal (qui se recyclent à l’infini), en verre ou en carton (attention à ce qu’il ne s’agisse pas d’un alliage carton/plastique car ces alliages ne se recyclent pas du tout). Cependant, si ces emballages sont à privilégier, ils nécessitent quand même d’être recyclés, ce qui utilise beaucoup d’énergie et de matières. L’idéal est donc d’éviter les emballages. Vous pouvez donc privilégier les achats de produits en vrac. Aujourd’hui, les produits en vrac se multiplient, même dans les grandes surfaces. Vous pouvez utiliser l’application Bulk qui localise les magasins où il est possible d’acheter en vrac autour de vous (chez vous ou en vacances !).

Utiliser ses propres contenants à l’extérieur

Pour acheter des produits sans emballage, pensez à apporter vos propres contenants ; à la boulangerie, chez le boucher, ou pour des plats à emporter. Nous n’avons jamais eu de remarques sur cela. Cela peut surprendre les commerçants, mais ils sont souvent agréablement surpris. Et rien ne vous empêche de leur expliquer votre démarche en une phrase, ils sont toujours bienveillants ! Si des personnes refusent de vous servir de cette façon, par exemple dans un restaurant à emporter, même en leur expliquant, privilégiez un autre restaurant, ayant une démarche plus respectueuse de l’environnement.

Utiliser les trésors qui regorgent déjà dans sa maison

La transition vers le zéro-déchet peut parfois paraitre cher : acheter des alternatives, dépensez dans des bocaux, dans des sacs en coton réutilisables, etc. Cependant, être zéro-déchet, c’est aussi privilégier la réutilisation. Si vous avez besoin d’un bocal en verre, regardez d’abord dans votre poubelle de verre si vous n’avez pas un bocal correspondant (des bocaux de ratatouille ou de haricots verts en pots feront parfaitement l’affaire une fois que vous aurez enlevé l’étiquette). Beaucoup d’alternatives se trouvent déjà dans notre maison : bocaux, bouteilles réutilisables, thermos pour le café ou le thé du matin, etc. Parfois, avoir un côté esthétique au zéro-déchet peut aider à se sentir bien dans sa démarche (Avoir de jolis bocaux assortis ou des pièces composés des mêmes thèmes de couleurs par exemple). Si c’est le cas pour vous, faites-le ! En commençant à chercher des articles d’occasion (j’ai trouvé beaucoup de pots ‘Le parfait’ à 50 centimes à Emmaüs ou sur des vides-greniers !). Une fois encore, n’hésitez pas à réutiliser vos pot en verre, de confiture, de ratatouille ou de tout autre conditionnement en verre.

Continuer de se renseignez tout au long de la démarche

Pour continuer de se motiver à progresser, j’aime beaucoup regarder des vidéos sur les sujets qui me concernent, des articles ou d’autres ressources. Cela me remotive, me donne de nouvelles idées. Internet est votre allié ! Il regorge de ressources pour trouver des alternatives à une habitude que vous n’arrivez pas à changer ou des recettes de produits à faire soi-même. Vous y trouverez une mine d’informations !

Adapter la démarche à ses besoins

‘Tester’ et ‘adapter’ sont les maitres mots de cette démarche ! Lorsque vous trouvez une alternative, testez-là. Si cela ne vous convient pas, essayez en une autre. Par exemple, si la recette de lessive que vous avez testée ne vous convient pas, testez en une autre. Si la faire maison ne vous convient pas, cherchez à en acheter en vrac par exemple.

Ne pas culpabilisez pour le moindre déchet

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser au zéro-déchet, mon monde s’est transformé : je ne voyais plus que les déchets. Lorsque je sortais dehors, je remarquais les déchets par terre, je remarquais les poubelles. A la maison, je remarquais chaque emballage plastique que j’avais chez moi. Et je voulais tout changer, d’un coup. Pourquoi pas me dira-t-on ? Parce qu’un temps d’adaptation est nécessaire, et que même encore aujourd’hui, nous produisons encore des déchets. Alors, j’ai commencé à culpabiliser pour le moindre déchet acheté ou qui arrivait chez moi. Parfait, ça me boostait, souvent, ça me décourageait… Aujourd’hui, j’essaye d’évaluer objectivement les déchets qu’il me reste, et de trouver, petit à petit, des solutions qui conviennent à mon quotidien, et que je sais pouvoir tenir sur le long terme !   J’espère que ces idées vous auront inspirées et donner quelques pistes pour débuter une démarche zéro-déchet qui vous correspond et que vous pourrez tenir sur le long terme. Si vous avez d’autres astuces à partager, vous pouvez les partager en commentaire, je me ferais un plaisir de les lire et de continuer moi-même à apprendre et à être curieuse !

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. janusdot57 dit :

    Bonsoir.
    Le plus gros problème, pour beaucoup de gens, dont la majeure partie des ménages et couples, avec ou sans enfants, reste bien..l’emballage..
    C’est l’emballage, sous toutes ses formes qui nous grève, comme pour notre budget lors des achats divers (cela fait partie des prix et marges..) et qui, de plus, nous grève sur nos factures en ramassage collectif de déchets ménagers, la fameuse « T.E.O.M. » et bientôt « T.E.O.M.I. » ..
    Lorsque l’on fait la cuisine, et donc à manger, de façon traditionnelle, et avec de bons produits, sans toutefois se ruiner, on réduit d’avantage tous les déchets comme emballages divers.
    Pour ce qui est de la boisson, comme pour le café et/ou le thé, c’est pareil.
    En ne consommant que l’eau du robinet (lorsqu’on peut et que celle-ci est de qualité, et pas que sur le plan gustatif..le goût..), et de temps en temps, pour changer et/ou alterner, des jus de fruits frais (dont en bouteilles de verre..recyclables..), on limite, là-aussi les déchets dans la forme d’emballage..
    Toutes les boissons gazéifiées et dérivées sont trop sucrées et néfastes, de plus, pour l’organisme, en comparaison avec l’eau, les jus de fruits pressés purs, et sans ajout, comme bières traditionnelles(sans en abuser..), ou encore vin (sans, là-aussi en abuser, et de préférence de qualité..) sont bien meilleures.
    Le fait de boire un verre de bon vin, durant un repas, ne nuit pas à la santé, au contraire. Le fait de boire, de temps à autre, un verre de bière traditionnelle, ne nuit pas à la santé, non plus ! La bière contient de la levure, excellente pour notre organisme.
    Le vin contient des phénols excellent pour la santé. Mais, le vin ne doit pas être traité (insecticides et pesticides ou autres adjuvants..) et donc être réellement de qualité !
    J’ai toujours bu, un litre et demi d’eau par jour. Je ne bois, à présent (et pas que au regard de l’âge..64 ans..)plus qu’un seul verre de bière, en apéritif, le samedi midi (pas et plus le soir..), et pareil le dimanche. Je ne bois plus qu’un seul verre à un verre et demi, de vin, le samedi midi, durant le repas (pas et plus le soir..), pareil pour le dimanche.
    Je ne bois rien, en dehors, les autres jours de la semaine, du lundi, au vendredi inclus !
    J’ai de plus pratiqué du sport de façon intense et assidue, depuis l’âge de 15 ans et jusqu’à 60 ans..et j’ai toujours eu une réelle hygiène de vie (je ne fume pas, et ne bois pas..).
    Bonne soirée à vous, respectueusement..Denis.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.